top of page
  • secretariatdocteur4

MUSCU : UTILISEZ UN MARTEAU

Par le docteur Stéphane CASCUA, médecin du sport.

Rédacteur en chef de www.docdusport.com

 

Pour ne pas abîmer votre poignet, pour stabiliser au mieux la charge, la prise marteau est la meilleure position. Explications et conseils de votre doc du sport.

Par le docteur Stéphane CASCUA, médecin du sport.

Rédacteur en chef de www.docdusport.com

 

Thierry fait de la musculation assidument. Il pratique surtout le renforcement avec charges libres et les exercices fonctionnels. Depuis quelques semaines, il souffre du poignet droit. L’examen clinique et l’IRM sont en faveur d’une lésion du ligament triangulaire. Pour briller à la salle de sport, n’hésitez pas à parler du TFCC comme Triangular Fibro Cartilage Complex. Cette cordelette fibreuse relient les portions basses des deux os de l’avant-bras. La cause de cette blessure : une mauvaise position de son poignet quand il tient son haltère. Un point clé du traitement : l’apprentissage de la prise marteau !




 


 

Le poignet souffre d’injonctions contradictoires !

 

Depuis la bipédie acquise il y a 6 millions d’années, les jambes assurent la stabilité et les bras la mobilité. Le poignet se plie et s’étend … comme la cheville, son équivalent dans le membre inférieur. Le poignet tourne … contrairement à la cheville. Ce mouvement de rotation vous permettant de voir soit la paume soit le dos de votre main porte le nom de pronosupination.

 

LE LIGAMENT TRIANGULAIRE DOIT ETRE SOUPLE ET RIGIDE

 

A l’occasion de ce geste, le petit os fin de l’avant-bras, la cubitus se comporte comme un axe de rotation. Le plus gros, le radius, tourne autour à la manière d’un essuie-glace. A la jonction, le ligament triangulaire. Ce dernier doit être souple afin de permettre ce balayage. Simultanément, il est indispensable qu’il soit solide pour emboiter l’articulation à la manière d’un hamac rigide, notamment à l’occasion du soulèvement de charge lourde. Le compromis anatomique et tissulaire est délicat : on parle de fibrocartilage. En musculation, il peut souffrir de vouloir concilier l’inconciliable !

 

Le marteau pour plus de solidité !

 

Afin de ménager le ligament triangulaire, pour donner plus de stabilité au poignet, il est conseillé d’emboiter l’ensemble des petits osselets qui le constituent dans la grosse concavité du radius. De cette manière, la compression provoquée par la charge et les tensions musculaires ne passe plus par ce hamac mais par de l’os recouvert de cartilage.

 

EN INCLINANT LA MAIN VERS LE PETIT  DOIGT, LES OS DU POIGNET S’EMBOITENT PLUS SOLIDEMENT

 

Pour cela, il est recommandé de saisir l’haltère ou la poignée puis d’incliner la main vers le petit doigt. On parle d’inclinaison cubitale. C’est la posture spontanément utilisée pour prendre un marteau et planter un clou. La nature nous passe souvent le bon message. Ecoutons là ! Si à l’inverse, vous conservez la poignée de la charge perpendiculaire à l’avant-bras, trop de contraintes écrasent e tirent sur le ligament triangulaire. Il se distend et se déchire par endroit. Comme Thierry, vous finissez par souffrir !

 

Faites au mieux !

 

Bien-sûr, cette prise marteau n’est pas compatible avec tous les mouvements. Mais, en y réfléchissant, en essayant, vous remarquez qu’elle s’accommode de bon nombre d’exercices. Pour protéger vos articulations, vous constatez qu’il est bien plus aisé de travailler avec des haltères ou des poignées séparées.

 

HALTERES ET POIGNEES SEPAREES PLUS QUE GRANDE BARRE

 

Souvent, les grandes barres obligent à des inclinaisons de poignets délétères ! Alors prenez-soin de vous er adoptez la prise marteau dès que possible ! La nature nous suggère spontanément cette position stable et forte, écoutons là !

 

 

 

 

 

 

 

29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarii


bottom of page