top of page
  • secretariatdocteur4

LES MORTS NE PORTENT PAS PLAINTE

Dernière mise à jour : 9 févr. 2023

Par le docteur Stéphane CASCUA, médecin du sport,


Michel a 63 ans. Il est avocat fiscaliste international. Il déploie son expertise pour de grosses multinationales cotées au CAC 40. Un business énorme ! Il prépare consciencieusement le marathon de Paris. Pour plus de rigueur et d’efficacité, il bénéficie du programme et du soutien d’un coach. Ce dernier réalise bon nombre de sorties avec lui et l’encadre à l’occasion des séances intenses sur piste. Michel me consulte car il reste gêné par des douleurs digestives lors de son fractionné. Michel : J’ai mal à l’estomac quand je cours vite. C’est systématique lorsque j’enchaîne des 400 ou des 800 mètres au stade. Mon coach m’a donné beaucoup de conseils. On a tout essayé … Il m’a demandé de bien respecter la règle des 3 heures après le déjeuner. Nous avons considérablement allégé ce dernier repas en proscrivant les graisses. Il m’a invité à manger lentement, dans le calme et à bien mastiquer. Il est vrai que je suis un peu speed et j’ai tendance à engloutir mon assiette pour retourner bosser. On a même tenté de réaliser ces entraînements, le matin à jeun. Rien n’y a fait ! On n’a pas de solution … Le Doc : Dites-moi Michel. Avez-vous des douleurs digestives dans d’autres circonstances ? Avez-vous mal au ventre avant ou après les repas ? Vous sentez-vous ballonné ? Présentez-vous des troubles du transit, des reflux acides dans l’œsophage, des diarrhées, de la constipation ? Michel : Non, vraiment rien de tout ça ! J’ai mal au ventre exclusivement en courant ! J’examine son abdomen. Il est souple. Il ne présente de douleur ni à l’estomac, ni au colon, ni à la rate, ni au foie ou à la vésicule. Il n’est pas particulièrement ballonné.


LES DOULEURS A L’ESTOMAC PENDANT L’EFFORT SONT PARFOIS PROVOQUÉES PAR UNE MAUVAISE OXYGÉNATION DE LA BASE DU CŒUR Le Doc : Bon Michel, vous savez que nous les Docs nous sommes formés pour être pessimistes ! On élimine les maladies graves … et ensuite on réfléchit plus sereinement. La description de vos symptômes incite à rechercher une souffrance de la portion basse du cœur. A votre âge, même sans tabac, ni hypertension, ni excès de cholestérol, il peut s’agir d’une obstruction partielle des artères cardiaques. Une mauvaise oxygénation de la base du cœur irradie volontiers vers l’estomac et le tube digestif. Dans notre jargon, on parle de « diagnostic différentiel ». Mais rassurez-vous, il s’agit d’une pathologie rare … Néanmoins, un bilan rapide s’impose pour être tranquille !


FACTEURS DE RISQUE L’OBSTRUCTION DES ARTERES PAR DES PLAQUES DE GRAISSES


HOMME

PLUS DE 40 ANS

ANTEDECENTS FAMILIAUX


TABAC

HYPERTENSION

CHOLESTEROL DIABETE

SEDENTARITE

STRESS


Cependant, dans mon for intérieur, je sais qu’il s’agit de l’hypothèse la plus probable. Alors, je décroche mon téléphone et j’appelle mon cardiologue préféré, directeur du diplôme d’université en cardiologie du sport à la faculté Paris Sorbonne. Une référence incontournable ! A la description du tableau clinique, il rebondit sur la même crainte que moi et lui propose un rendez-vous d’épreuve d’effort dès le lendemain. Cet examen a pour objectif de faire pédaler le sportif progressivement jusqu’au maximum de ses aptitudes. Simultanément son cœur est surveillé par un électrocardiogramme dont le tracé détecte d’éventuels secteurs cardiaques mal oxygénés. Le lendemain, mon cardiologue me rappelle.


SYMPTOMES PARFOIS PRÉCURSEURS D’ACCIDENT CARDIAQUE


PERTE DE CONNAISSANCE, MALAISE

DOULEUR THORACIQUE … OU ABDOMINALE HAUTE

PALPITATIONS

ESOUFFLEMENT INHABITUEL

Le cardio : Stef, tu avais raison, il présente une grosse souffrance inférieure. Je l’ai adressé d’emblée en milieu hospitalier pour évaluer l’emplacement et la taille de la plaque de graisse qui obstrue l’artère vascularisant la base de son cœur. Il sera probablement opéré dans la foulée. On l’a rattrapé par les cheveux … il pouvait d’un instant à l’autre faire une mort subite sur le terrain en déchirant sa plaque en raison de l’augmentation de la tension artérielle inhérente à l’effort … il aurait fait un petit caillot sur l’érosion de sa paroi qui aurait bouché son artère. La portion du cœur située en aval n’aurait plus reçu d’oxygène … A la clé : un infarctus et une crampe du cœur ! La fameuse fibrillation ventriculaire qui se transforme en mort subite en l’absence de réanimation efficace dans les 3 minutes ! Il y en a 1500 chaque année, en France, chez des sportifs qui se pensent en pleine forme ! Il faut bien les trouver quelque part !


1500 MORTS SUBITES DU SPORTIF CHAQUE ANNÉE EN FRANCE

BILAN MEDICAL ET CERTIFICAT D’APTITUDE CONSEILLÉS

Stef : Il présente quand même quelques facteurs de risque. C’est un homme et il a plus de 40 ans … De surcroît, il est très stressé, il bosse comme un fou ! Hier, sa tension était limite supérieure du genre 14 / 8 … Et je n’avais ni son taux de cholestérol, ni son taux de sucre … Bref, il restait un candidat théorique à ce type de drame ! C’est dingue, cet entraînement intensif encadré par un coach sans certificat d’aptitude médicale ! Quand je pense que ce document est réclamé par la moindre association de quartier pour faire du yoga ! Le cardio : Oui, ils doivent imaginer que les morts ne portent pas plainte … mais ils ignorent que souvent les épouses et les compagnies d’assurance s’en chargent !


CIRCONSTANCES FAVORISANT LA MORT SUBITE A L’EFFORT EN CAS DE PATHOLOGIE SOUS JACENTE


FIEVRE, INFECTION VIRALE SURTOUT AVEC COURBATURES

COMPÉTITION

EFFORT INTENSE SUPERIEUR A 80% DE LA FC MAX

EFFORT AVEC RUPTURE DE RYTHME

FROID, CHALEUR, DESHYDRATATION ET PERTE DE MINERAUX

REPRISE DU SPORT, PRATIQUE IRREGULIERE

Quelques semaines plus tard, je reçois une lettre qui donne du sens au quotidien d’un médecin : « Docteur, je vous remercie de m’avoir sauvé la vie ! Vous avez mis en place au plus vite la procédure la plus efficace ! De surcroît, vous avez eu la délicatesse d’enclencher ma prise en charge rapide sans me faire paniquer ! Vos explications, votre pouvoir de conviction et votre bienveillance m’ont beaucoup aidé ! J’ai repris le sport en douceur à intensité « santé ». Désormais, je savoure le plaisir de trottiner en aisance respiratoire dans le bois de Boulogne au petit matin, à l’heure où le soleil levant réveille le chant des oiseaux. Merci encore ! Très chaleureusement. Michel »

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page