top of page
  • secretariatdocteur4

DUEL SANTÉ : RUNNING CONTRE TRIATHLON

Dernière mise à jour : 9 févr. 2023


Par le Docteur Stéphane CASCUA, médecin du sport et rédacteur en chef de www.docdusport.com



Bertrand a 38 ans. Il me consulte pour une visite d’aptitude à la course et au Triathlon. Je le connais bien, je l’ai suivi pour de nombreuses blessures. Je prends de ses nouvelles :


Le doc : Alors, Bertrand. Comment allez-vous ? Nous ne nous sommes pas vu de l’année. Vous avez fait des marathons ? Où en sont vos périostites et vos tendinites ?


Bertrand : J’ai suivi vos conseils. J’ai varié mes activités pour limiter le surmenage de mon appareil locomoteur. J’ai fait pas mal de sorties longues à vélo, j’ai programmé les séances de récupération active en piscine. J’ai même pris des cours de natation. Bref, comme vous me l'avez proposé, j'ai pratiqué "l'entraînement croisé". Et, très vite je me suis pris au jeu ! J’ai fait quelques courses avec de bons chronos et surtout je me suis mis au triathlon ! Du coup, je n’ai pas été blessé !


Le doc : Super ! C’est vrai, nous en avions parlé ! Diversifier les disciplines, c’est parfait pour « multiplier les bénéfices et diviser les risques ! ». Vous l’avez compris le vélo est peu traumatisant, il ne produit ni impact articulaire, ni freinage musculo tendineux ! On peut pédaler longtemps, vider ses stocks de sucres, apprendre à consommer ses graisses, sans malmener son appareil locomoteur. Ces qualités énergétiques seront utiles en course à pied, on parle d’effet de « transfert ».


Bertrand : J’ai bien senti aussi l’intérêt de la natation. Le travail des bras me manquait. Horizontaliser son corps dans l’eau, optimiser sa glisse, c’est un véritable exercice de gainage ! J’ai rapidement mieux stabilisé mon buste en courant ! J’avais mon mal au dos !


Le doc : Votre expérience est confirmée par les études récentes ! On se blesse beaucoup moins en triathlon qu’au marathon ! Au trophée de la santé, le triathlon est victorieux 66 à 83 ! En effet, 83% des coureurs de fond se blessent dans l’année contre 66 % des adeptes du triple effort ! Sans compter que 75% d’entre eux continuent à s’entraîner en pratiquant une ou deux disciplines !

3 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page