top of page
  • secretariatdocteur4

ATTENTION AU SYNDROME DE MOREL-LAVALLEE

Une belle chute à vélo ou à ski, une longue glissade et votre cuisse est toute gonflée, toute molle ! C’est un syndrome de MOREL-LAVALLEE ! Explications et solutions !

Par le docteur Stéphane CASCUA, médecin du sport


Au sport d’hiver, lorsque vous tombez puis dévalez la pente, votre peau et votre graisse sous cutanée frottent et adhèrent à la surface neigeuse. Simultanément, vos muscles et le reste de votre corps subissent l’inertie et poursuivent leur dégringolade. A la jonction, les tissus se déchirent notamment les capillaires sanguins et les petits vaisseaux lymphatiques. Vous le savez ces derniers ramènent vers le cœur un liquide épais et visqueux appelé lymphe.







CISAILLEMENT ENTRE LA PEAU ET LES MUSCLES


Rapidement, la zone de décollement se rempli de cette substance et constitue une bosse sensible, volumineuse, flasque et inesthétique ! Notez bien que cette blessure survient aussi à vélo ou à moto. Les lésions y sont souvent plus importantes car le macadam est encore plus abrasif et les vitesses y sont fréquemment plus élevées.


Une ou plusieurs ponction


En l’absence de traitement, la zone sèche partiellement et reste bombée. De surcroît, la cicatrisation spontanée laisse place à des adhérences qui sont douloureuses aux frottements notamment pendant le sport. Une prise en charge médicale est vivement conseillée. La stratégie thérapeutique consiste à réaliser une ponction sous échographie. Le radiologue localise parfaitement l’épanchement et aspire un maximum de liquide jaunâtre, parfois rosé quand un peu de sang est mélangé à la lymphe. Un contrôle d’imagerie doit être réalisé après une à deux semaines. S’il persiste un gros volume de sérosité, il est opportun de renouveler le geste.


Cryothérapie et compression.


Bien évidement entre chaque ponction, il faut réduire le risque de récidive. L’application de froid est indispensable. Vous le savez, quand vous avez chaud, votre visage est rouge, les vaisseaux sont ouverts pour évacuer la chaleur. A l’inverse, ils se ferment avec le froid afin que de pas faire chuter la température du corps. La cryothérapie en regard de votre MOREL-LAVALLEE ponctionné permet de réduire le suintement de la lymphe dans l’espace déchiré. Une compression associée est nécessaire.


ORTHESE DE CRYOCOMPRESSION


Dans ce contexte, il existe des orthèses dites de cryocompression de la marque IGLOO qui prennent parfaitement la forme de la hanche ou de la cuisse. Elles incluent des plaques de froid et s’ajustent en les gonflant avec une poire. Il faut alors les utiliser 3 fois par jour pendant 20 minutes. Parallèlement, il est impératif d’employer des collants de contention dès que vous êtes en position debout. Ils doivent prendre l’ensemble du bassin car l’épanchement s’étend souvent en regard des fessiers.


COLLANT DE CONTENSION


Ils serrent les membres inférieurs et assurent de surcroit un drainage efficace car la pression est décroissante des pieds vers le buste. Vous devez les enlever la nuit et relever un peu les pieds du lit avec des bouquins. En kinésithérapie, il est possible du pratiquer du DLM ou Drainage Lymphatique Manuel en exerçant des pressions rythmées à distance sur le réseau lymphatique. Des bottes de compression entourant l’ensemble des membres inférieurs parviennent à réaliser un travail comparable.


DRAINAGE LYMPHATIQUE MANUEL OU MECANIQUE


Des compléments alimentaires de type collagène et silicium sont connus pour favoriser la cicatrisation des membranes conjonctives. Dans cette indication, ils sont prescrits afin de contribuer au recollement du tissu sous cutané sur l’enveloppe musculaire. L’évolution s’étale parfois sur plusieurs mois mais les séquelles fonctionnelles ou esthétiques sont rarissimes.



Du sport est possible !



Vous pouvez, vous devez garder la forme ! Trois jours après la ponction, il est possible de pédaler. Les variations de pression inhérentes au mouvement auront plutôt des effets drainants. Il en est de même de toutes les activités de cardiotraining en salle sans impact. Alors n’hésitez pas à ajouter du rameur, de l’elliptique ou de la marche en pente sur tapis. Dans le même esprit, la musculation est possible notamment au niveau des jambes. Privilégiez les charges légères avec de nombreuses répétitions, au moins 30 à 40 jusqu’à l’échec. Voilà qui constitue un bon travail foncier et favorise encore l’aspiration de l’épanchement.


DU VELO, DE L’ELLIPTIQUE, DU RAMEUR, DE LA MARCHE EN PENTE


Pour ce type d’activité, je vous invite à utiliser des shorts de compression. Utilisés largement en trail, ils réduisent les vibrations et les courbatures. Dans cette indication, ils évitent de décoller la zone cisaillée et favorise le retour lymphatique. Même avec cet équipement, la course à pied et ses vibrations ne sont pas recommandés avant 3 à 6 semaines.


PAS DE COURSE, PAS DE NATATION …


La natation pourrait paraître bénéfique au drainage du fait de la pression de l’eau et de l’horizontalité. En réalité, un syndrome de MOREL-LAVALLEE s’accompagne très fréquemment d’érosions cutanées. Ces dernières constituent une contre-indication formelle à tout contact avec les germes de votre piscine municipale. Cette consigne s’avère d’autant plus pertinente que l’épanchement sous-jacent est constitué d’un liquide inerte, sans circulation sanguine, très sujet aux infections. En l’absence de plaie, c’est l’orifice de la ponction qui pourrait devenir la porte d’entrée. Bref, pas de natation !


Rarement, une mauvaise évolution !


Vous l’avez compris, il arrive que le liquide s’infecte au voisinage des plaies souvent associées. Il faut alors vous opérer pour évacuer le pus, drainer et refermer quelques semaines plus tard. Parfois, les ponctions successives, les soins locaux associés aux compléments alimentaires ne permettent pas de sécher complètement votre lésion.


EXCEPTIONNELEMENT UNE INFECTION OU UNE OPERATION


Là encore, il est possible de réaliser une intervention chirurgicale visant à l’élimination du suintement et au rapprochement des zones cisaillées. Pour éviter la chirurgie, il est envisageable d’injecter un concentré de vos propres plaquettes, les petites cellules qui s’agglutinent sur les plaies pour les refermer. Cette technique en cours d’évaluation dans cette indication, porte le nom de PRP comme Plasma Riche en Plaquettes. Enfin de temps à autre le résultat esthétique est imparfait et il persiste un petit bombement irrégulier ne gênant absolument pas la pratique sportive.

69 vues0 commentaire

Comments


bottom of page